SEO, SEA, SMO, SMA, SMM et SEM, ... Autant de termes que peu de personnes connaissent et qui ont pourtant leurs importances dans le monde du webmarketing. Certains diront qu'ils sont totalement différents, d'autres diront qu'ils ont un lien direct entre eux.
Derrière ces sigles, se cachent différentes techniques qui permettent d’augmenter de manière directe ou indirecte la visibilité et le trafic de votre site web. 

Mais d'abord, commençons par le commencement : le référencement. Le mot référencement rassemble toutes les techniques et stratégies visant à favoriser le positionnement de votre site web dans les moteurs de recherche. Le but est de permettre à ce dernier de gagner du trafic de qualité via les moteurs de recherche.

Deux référencements directement liés aux moteurs de recherche existent, Le SEO et le SEA. Par ailleurs, il existe aussi d’autres facteurs pour mieux classer un site. Il s’agit notamment des réseaux sociaux. Cependant, que vous adoptiez n'importe laquelle des stratégies, le but reste le même : plus de visibilité et plus de trafic.

1. Le SEO ? C'est quoi ?

Le SEO ou Search Engine Optimization, signifie en français l'optimisation des moteurs de recherche. Il s'agit du référencement sur internet dit "naturel". C’est-à-dire toutes les techniques visant à améliorer le positionnement d’un site internet dans un moteur de recherche. 

Le SEO repose sur trois piliers : la technique, le contenu et la popularité. Il est nécessaire d’agir sur ces 3 piliers afin d’améliorer la visibilité de votre site internet. 

  • La technique concerne tout ce qui porte sur la construction et la performance d’un site (Arborescence, temps de chargement, langages de programmation utilisés, etc.). S'assurer que son site est bien construit, c'est s'assurer que son site sera bien lisible par les moteurs de recherche.
  • Le contenu concerne lui le cœur du site : ses textes, ses images et ses vidéos. C’est le contenu propre du site qui est visible par les internautes. Un bon contenu est exhaustif, unique et original. Proposer du contenu pertinent pour les internautes, c'est rédiger des textes structurés pour le web capable de répondre au mieux aux requêtes des internautes.
  • Enfin, la popularité concerne les liens externes (ou netlinkings) que font des sites tiers vers votre site internet. Si votre site plaît aux utilisateurs, ils le partageront probablement à leurs réseaux ou sur d’autres sites internet. La présence de nombreux liens est un indicateur fort de popularité et donc de qualité pour un moteur de recherche. Un site obtenant des liens entrants pertinents sera perçu comme un site de qualité.

Le référencement naturel permet de générer un trafic à moindre coût. Il représente souvent l’une des plus importantes sources de trafic sur le long terme. Les bénéfices peuvent durer dans le temps et livrer un trafic qualifié continu tant que le site se maintient sur ses mots-clés stratégiques de départ, même quand on a arrêté de travailler son référencement (cependant, les bénéfices continueront de diminuer si vous ne faites rien).

Un site bien référencé inspire confiance aux internautes et renvoi un signal positif de réputation car les internautes pensent souvent que, si Google a positionné un site en tête de liste, c'est qu'il est pertinent pour eux. 

D'autre part, Les bonnes pratiques de l’optimisation SEO sont proches de celles de l’ergonomie et de l’accessibilité. On améliore donc également la qualité globale du site et ainsi, on maximise les chances que l'internaute reste sur votre site. 

Cependant, le SEO demande un investissement de temps et nécessite un suivi sur le long terme sans pour autant avoir la garantie d'être en tête de liste sur vos principaux mots-clés. 

En effet, le référencement organique nécessite une animation régulière du site : il faut mobiliser du temps pour rédiger des contenus pertinents et adaptés à la cible mais également pour surveiller l'évolution des positionnements établis par Google. On ne peut pas avoir le contrôle total sur les positions de son site : les critères de positionnement de Google changent plusieurs fois par jour. Si on n'y fait pas attention, on n’est pas à l’abri d’une perte de position. Il faut donc constamment se tenir au courant des dernières "mises à jour" de Google. 

Vous ne serez pas toujours positionnés en 1ère place sur vos mots-clés principaux face à vos concurrents. Une bonne stratégie SEO implique donc de sélectionner des mots-clés à votre portée, moins utilisés, mais plus précis par rapport à votre contenu ; on appelle ça la longue traîne.

2. Le SEA : 

Le SEA (pour Search Engine Advertising ou publicité sur les Moteurs de Recherche) est ce que l'on appelle le référencement payant. Il concerne en réalité la publicité que vous pouvez voir sur un moteur de recherche.

Google en est le meilleur exemple avec son outil Google Adwords.
Lorsque vous tapez votre recherche, vous remarquerez en effet que pour certaines requêtes, des résultats dits "sponsorisés" apparaissent sur le moteur de recherche en premier niveau. Vous pouvez d'ailleurs différencier le référencement payant du référencement naturel grâce au petit mot écrit en vert "Annonce" à gauche du lien du site internet. Ce sont des emplacements publicitaires achetés par les entreprises. 
L'achat de liens sponsorisés fonctionne généralement sur un système d’enchère, généralement en CPC (coût par clic). Plus le montant de votre enchère est élevé, plus votre annonce a de probabilités d'apparaître dans la page de résultat lorsqu'un internaute tape le ou les mots-clés que vous ciblez. 

Le SEA offre une garantie de résultats plus importante que pour le SEO : si on y met le prix, on peut choisir d'être visible sur le mot-clé de son choix.

Par ailleurs, les taux de transformations peuvent être élevés grâce à des textes d’annonces accrocheurs et la possibilité d’ajustement en temps réel, et il n'y a pas de délais : le site est visible sur vos mots-clés dès le lancement d’une campagne alors que pour le SEO, il faut parfois attendre une semaine.

Le retour sur investissement (ROI) se mesure donc rapidement et facilement.

Enfin, On est visible au-delà des moteurs de recherche : dans le cas de Google Adwords, les annonces sont aussi diffusées sur les sites du réseau AdSense.

Cependant le trafic provenant du SEA disparaît dès que vous arrêtez de financer la campagne. Ce n'est alors pas un investissement, mais une dépense à l'instant T. Le modèle d’acquisition du site conduit donc à une forte dépendance à la régie publicitaire et demande un investissement financier permanent.

Sans compter que l'on est en concurrence avec beaucoup d’annonceurs et il y a encore moins de place qu’en SEO. C'est à celui qui payera le plus.

3. SEM = SEO + SEA 

Vous remarquerez une similarité et une complémentarité évidente entre les 2 techniques (SEO, SEA).
C'est, car ces techniques forment tout simplement ce que l’on appel le SEM. (Search Engine Marketing, le marketing pour les moteurs de recherche.) Il se définit par l’ensemble des actions et stratégies qui visent à générer de la visibilité et du trafic à partir des moteurs de recherche.

4. Le SMO : 

Aujourd’hui, réseaux sociaux et sites web sont liés. Et désormais, c’est un critère de qualité pour les moteurs de recherche. Le SMO ou Social Media Optimization, en français Optimisation des Médias Sociaux, comprend toutes les activités visant à développer la visibilité d’une entreprise au travers des médias sociaux. Cette technique vise à améliorer la visibilité d’un site sur les réseaux sociaux tels que Twitter, Facebook ou Instagram.

L’optimisation pour les réseaux sociaux est différente de celle en référencement naturel et payant.
En SMO, on va cibler des profils d’internautes en fonction de leur sexe, âge, centre d’intérêt, localisation… Plutôt que de répondre à leurs requêtes. 

Cette méthode consiste à utiliser les différents réseaux sociaux pour diffuser et promouvoir du contenu en lien avec votre site internet. On va chercher à générer des interactions, du partage et de la viralité afin de toucher le plus de monde possible et ainsi les faire venir à vous. (Méthode pull). 

Il offre une visibilité et un trafic complémentaire sur le web en plus du référencement, car le SMO intervient dans un environnement différent des moteurs de recherche. Il n’est pas uniquement intéressant pour le trafic direct, mais également pour le SEO. Si un contenu intéressant est partagé sur les réseaux sociaux, il peut être repris sur des sites, et ainsi favoriser la création de backlinks et améliorer la popularité de votre site. 

Les médias sociaux sont un espace de dialogue direct avec les internautes ce qui permet d’améliorer l’e-réputation de votre site et de créer un lien de proximité avec vos clients. Les communautés peuvent jouer un rôle d’ambassadeur de votre site et de votre marque en partageant vos contenus et en parlant de vous.

Par ailleurs, Il est de plus en plus difficile d’être vu par sa communauté sans payer, notamment à cause de la mise à jour régulière des algorithmes des réseaux sociaux. De plus, chacun d'eux, possède des algorithmes différents, il faut donc s'adapter à chacun d'eux. Des réseaux comme Facebook ou Instagram mettent régulièrement à jour leurs algorithmes pour augmenter la visibilité des posts des amis au détriment de ceux des marques. Pour compenser cela, il est souvent nécessaire de réaliser une veille constante ou de procéder à l’achat d’espace publicitaire.

Enfin, La communauté a un rôle actif et leurs réactions peut-être à double tranchant : si on n’utilise pas les bons mots ou les bons codes, elle peut affecter votre e-réputation et créer un Bad-buzz. Un contenu partagé en masse devient viral et devient dangereux pour votre marque, il faut savoir réagir rapidement. 

Aujourd'hui, les réseaux sociaux sont plus utilisés dans l'optique d'une stratégie d'Inbound Marketing. En effet, ils servent plus à développer la clientèle et fidéliser l'existante plutôt que d'aider au référencement du site internet des entreprises.

5. Le SMA : 

Le SMA (Social Media Advertising ou Publicité des réseaux sociaux) est la partie payante des réseaux sociaux. Lorsque les entreprises souhaitent augmenter leur visibilité sur les réseaux sociaux, elles peuvent procéder à l'achat d'espace publicitaire. Les réseaux sociaux se basent sur les informations renseignées par les internautes eux-même pour diffuser la publicité des entreprises à la bonne cible. Les critères de ciblages seront différents d’un réseau social à l’autre.

Pour cibler un groupe démographique, Facebook se base sur différents critères : âge, sexe, statut matrimonial, lieu de vie… Pour cibler des professionnels d'un secteur d'activité spécifique partout dans le monde, LinkedIn sera plus adapté. Il possède toutes les informations relatives aux postes occupés par ses membres. 

5. SMM = SMA + SMO 

Le SMM (Social Media Marketing ou marketing des réseaux sociaux) regroupe l'ensemble des actions d'optimisation de diffusion de contenus et de création d'audience par les réseaux sociaux. Il regroupe donc la technique d'optimisation naturelle, le SMO, et la technique d'optimisation de la portée des publications via les plate-formes payantes, le SMA. 

 

Trop d'explications pour vous ? Nous vous avons synthétisés tout ça en image.